Publié le Laisser un commentaire

Je garde l’objectif, je modifie les moyens d’y parvenir

abeille-pollen_fleur

Quand bien même ai-je déjà acquis des ruches Warré – avec qui mes abeilles feront un bout de chemin – je viens d’être convaincu par la ruche Dadant que j’avais, jusque là, mise de coté du simple fait qu’il était nécessaire, avec ce type de ruche, d’employer des cires gaufrées, souvent polluées.

Or, je viens de découvrir que M Bernard NICOLLET a mis au point des cadres à jambage, sans cire gaufrée, ce qui permet la production de miel de qualité Bio dans des cires neuves. Il est donc plus que probable que je passe sur ce type de ruches, pour les ruchers d’Ardéche, afin de pouvoir les manipuler plus facilement qu’une ruche Warré, lesquelles sont fondamentalement sédentaires…

En outre, compte tenu que nombre d’abeilles subissent la maltraitance (insémination ; antibiotiques ; enfumage, clippage: coupage des ailes de la reine afin qu’elles n’essaiment pas ; renouvellement des reines avant leur belle mort…)  Je m’engage à privilégier une apiculture écologique, naturelle et sauvage pour en recouvrer des saveurs authentiques avec respect du cheptel.

D’autre part, pour ne pas avoir à subir cette contrainte de taux d’humidité – qui est un facteur declenchement de moisissure du miel – de nombreux miels industriels sont pasteurisés ce qui a pour effet collatéral de dégrader leurs goûts et leurs bienfaits.
Par conséquent, mon miel récolté sera garanti à un taux maximal de 18%, d’humidité, je ne retiens donc pour miel de consommation que les rayons operculés, le reste étant mis de coté pour l’hydromel, le pain d’épices ou la consommation immediate. 

Je recherche d’emblée le produit d’exception, stable, équilibré, naturel, “qui parle aux sens et qui donne du sens”. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *